Présentation de l'exposition sur le Centenaire de la signature du Traité de Versailles qui a mis fin à la Première Guerre Mondiale mais qui mis en route vingt plus tard la Seconde Guerre Mondiale; 5 artistes Christine Pastor, Pascal Guichard, Marc Héliès et Laurent Tourrier, s'expriment sur les différentes facettes de cette signature et de ses conséquences encore à nos jours. Peinture- Sculptures et Assemblages ainsi que les réalisations de 20 éléves de CE1 de l'école Jean Jaurès Paris 19. Exposition "Quand on a que la paix" du 26 au 30 juin 2019 de 14h 30 à 20 h à la Galerie Ménil'8 , 8 rue Sorbier Paris 20
 
Français
 
Vign_Affiche_11_11_18_2_lieux_2_dates
 
Vign_100_4820

texte sur le mur du Carré de Baudoin Paris XX e

pour les 140 ans de la Commune de Paris et le Printemps Arabe en 2011

 

Créations de deux expositions pour le Centenaires de la fin de la 1ére Guerre Mondiale en 2018, avec 20 artistes

Exposition collective galerie Ménil'8 - centenaire de la fin de la 1e Guerre Mondiale en 18
Exposition collective Crypte et Eglise de Ménilmontant novembre 2018
 
Vign_6358101_orig_Copy_

SOLDAT

 

Envie de vous approcher 

Des pleurs sur vos peurs

Bras serrés sur l'histoire

 

Le rendez-vous 111118 revient de loin, puis il vient vite. Il nous porte, nous soulève, nous précipite en haut de notre histoire. Il nous secoue, violent.

Les questions égratignent puis quittent le doute de ceux qui hésitent à se mettre en action pour vous cueillir bien tous : nos soldats de toutes guerres, de tous côtés et de tous temps.

Pas de raison ni de tort, il y a seulement des corps engloutis par l'appétit de bien gagner la guerre.

De garder notre terre mais pas tous nos soldats.

La balance des corps n'a pas le même poids que la terre et que l'or?

 

Le corps de notre terre les a bien dans ses bras.

Et le silence... Et le silence les rend là.

Résonne encore bien fort l'histoire de tout soldat, les poilus,les paras, tirailleurs, escadrilles canons de chair et fusils aux bras, le gaz et le bazooka .

Je ne veux plus entendre cela.

Le bleuet comme le jasmin sentent bon le vivant

Seul cela est important.

 

 

Christine Pastor , novembre 2018

 

Lettre à la Tunisie

« Le jasmin sent bon le vivant !


Le silence des morts harangue nos pensées.
Tunisiens libérés par leurs jeunes esprits
Eclatèrent en armée pour bien se faire entendre.

Cramoisi par la honte l’oubli et l’infamie
Bouazizi fut leur cri !

Universelle peine
Pour demander la vie,
Ressembler à un homme :
Marcher, manger, aimer
Penser tout à son aise
Parler libre et serein
Même quand tout vous déplaît.
Continuer son chemin
Debout, libre, en humain. »






Christine Pastor
Paris, 2 mai 2011

 
S 'EXPOSER


« Souvenirs ravivés, transformés, 
Emotions singulières mises en lumière, 

Transmission de l’intime, pour que passe en infime 
Un peu de mon abîme, construit en feu follet 
Dompté en volubiles dessins abstraits ou pas. 

D’ offrir un peu de vrai, quand on ne peut pas dire, 
Mais juste un peu montrer. 
Montrer mais, déguisé, transformé, modifié : 
L’artiste met le voile, sur tout le dévoilé, 
Et murmure le secret dans l’oreille concernée. 

Du dedans au dehors, puis encore au dedans, l’émotion circule emportant une bribe de l’histoire de l’intime de l’auteur de ce crime : de tuer le secret, de casser le silence, de faire don du caché. 
D’offrir un peu de vrai, quand on ne peut pas dire, mais juste un peu montrer. 

Le but est l’émotion qui sort en papillon, qui butine l’un et l’autre sur tout son horizon 
L’horizon de l’humain n’est-il pas enfin, affaire de langage …au plus fin pour du bien ? » 





Christine Pastor

MERCI de votre visite
Créer un site avec WebSelf